11/01/2007

I'm tired

C’est quoi « Ça » ?

 

Je suis allé marcher dans les rues de la ville. J’ai vu les magasins et je n’ai croisé que des corps sans âme. J’ai pas ouvert la bouche. J’ai laissé le vent siffler dans mes oreilles et la pluie fouetter mon visage et tremper mes cheveux. Une heure et demie. Je pensais que ça allait me faire du bien...

 

Ah bon ? Ca s’appelle comme ça, ça ? Pourquoi elle me dit ça ? C’est bizarre. Je pensais que c’était plus difficile que ça à vivre, ce « ça ». En fait, il suffit d’avoir bien entamé son autodestruction, et de se regarder se finir, se regarder gâcher notre vie. C’est pas compliqué. Je pleure même pas. J’attends. Je fous rien, et j’ai jamais le temps de rien faire.

               Comment on fait pour vivre, putain ? J’en peux plus. J’ai plus le courage de rien. Même pas de crever. J’attends. Rien ne m’intéresse, rien. Les gens qui m’aiment ne me le montrent jamais assez. Impression. Parce que je le montre trop. Toujours. Je peux pas m’empêcher de le dire et le montrer. Je peux pas m’empêcher d’attendre un retour. Et il n’y a pas de retour. Deviens parano. Me détestent tous. S’en foutent, de ma gueule. Une fois on m’a dit « si tu mourais ça me ferait de la peine ». C’est tout ? Moi, si tu partais, ça me tuerait. Malaise.

               J’en ai marre de perdre du temps à attendre. A cogiter. J’arrive pas à réviser pour les partiels. Je vais encore tout foirer. De quoi demain sera fait ? Abandonné de tous ? Dans la rue ? Mort ? Dans un hôpital psychiatrique ?

               J’arrive pas à pleurer et ça m’énerve. Le vase se remplit et j’attends la goûte d’eau qui me donnera l’insupportable. Je sais pas quoi dire. C’est une boule, là, juste en dessous de la poitrine. C’est des pleurs qui ne viennent pas.

               C’est quoi cette impression ? Ca veut dire quoi quand on ressent ça ? J’ai la trouille. J’ai peur pour moi. Vraiment. J’ai peur de tomber. J’ai le vertige et je perds l’équilibre. Lentement ; vraiment.

               Je sais pas quoi dire à part « putain » et « fait chier ». Je me maquille les yeux de noir et j’attends. Je sais pas ce que j’attends. J’attends que ça passe. Jamais je ne saurai dompter le temps. Et qu’on me dise pas que j’écris bien, parce que franchement, je m’en fous.

               J’ai mon âme au bord des yeux. Mais j’ai pas peur pour mon maquillage parce que je sais que ça coulera pas. Je le sais. Qu’est-ce qu’elles deviennent toutes ces larmes qu’on ne pleure pas ?

               Peut-être qu’on m’aime pour la façade que je montre ? Non. Les vrais proches, je leur montre pas de façade. Je m’aime pas. C’est pour ça que je me cache derrière des vêtements noirs, derrière un bracelet, derrière des sourires forcés, derrière un personnage extravagant, derrière du noir autour les yeux, derrière tout ce que ceux qui me connaissent pas croient que je suis. « Personne ne sait que je suis en vrai ». Dans toutes les règles il y a des exceptions. Sauf dans une : je suis fatigué.

               J’arrive pas à mettre des mots sur ce sentiment qui m’habite. J’irais bien faire une longue promenade à la campagne avec quelqu’un que j’aime. J’ai pas assez de force pour me porter seul. Et ma paranoïa me dit que les autres ont lâché prise depuis bien longtemps. Depuis toujours peut-être. 

dyn005_original_400_300_pjpeg_2546378_c320243dd0693b0edc01850e83efd1ff

               C’est la nuit. J’arrive pas à dormir. La télé en fond sonore, le noir, l’écran de l’ordinateur sur mes genoux qui donne juste assez de lumière pour le livre sur lequel j’arrive pas à me concentrer. A moitié nu, un truc bleu en tissus orientaux assemblés sur moi, assis en tailleur sur le canapé, j’attends. Je sais pas quoi. La télécommande à gauche, le téléphone à droite. J’attends. J’attends que le temps passe. C’est quand on lui fait les gros yeux qu’il reste près de nous. Il est chiant. I’m tired.

03:44 Écrit par Il y a toujours une petite fille. Toujours la m dans Dans mon appartement | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

Coucou Je vais te dire franchement ce texte ne me porte pas autant que ls autres.
Sinon j'aime bien la photo, lol, je suis folle d'aimer le sang surtt qd on se le fait couler soi-même !
Félicitations, pour les progrès en informatique, mntnt tu sais mettre des vidéos, lol. J'ai carréement trouver un logiciel pr les téléchaarger sur mon pc et ensuite je rebidouille pour la mettre sur mon mp3.
Enfin, bref, je me détourne du contexte, dc sur ce je te fais de gros bisoux !

Écrit par : Morphine | 11/01/2007

Merde Morphine, ton commentaire est vraiment léger. Je demandais pas de compassion, et encore moins de pitié (faut pas déconner quand même !), je m'attendais tout de même à un minimum de pudeur. Ce texte, c'était pas pour rire. C'est pas une énième fiction pour qu'on me dise qu'on aime bien ce que j'écris. La photo, moi, je la déteste. Et je suis désolé mais ce texte, moi, il ne me fait pas rire. De toute façon c'était peut-être le dernier...

Écrit par : Moi | 11/01/2007

Moi aussi je la déteste cette photo et l'état dans lequel tu es je le déteste aussi... j'ai pas envie de te raconter que les oiseaux vont refaire cuicui et que ça va passer (et gnagnagna), j'ai pas envie... pourtant j'ai réellement envie que tu en sortes. Tu as peur pour toi, c'est bien, quand on a peur pour quelqu'un ça veut dire qu'on l'aime, je pensais que les peurs étaient toujours nos poisons mais non, là c'est tout le contraire... Cette peur va être ton moteur, mais là tu es trop fatigué, l'urgence c'est de trouver un moyen pour arriver à te reposer, il faut que tu dormes, essai de débrancher le mental (facile à dire, je sais), ça ne change rien de toutes façons, les questions tu les auras à ton réveil, essaie de te calmer... respire... cool, t'es pas tout seul... sérieux, t'es pas tout seul !! bisoufort.

Écrit par : Anne | 11/01/2007

b'jour Petit bonjour timide en passant ici...La photo m'a donné un haut le coeur , j'supporte mal la vue du sang (pov' cherie). A titre personnel (même si cela n'interesse pas grand monde, désolée de t'affulber de mon avis) j'aime a tort et a travers, un peu trop, pas assez, beaucoup trop, mal, durement, mollement, bref jamais "comme il faut". Enfin , c'est mon ressenti. Quelle que soit la manière dont j'aime j'ai rarement un echo et plus rarement encore celui que je voudrais. Alors, pour pallier à ca, je "considère". Je considère que oui, on m'aime, que j'ai tout ce dont j'ai besoin. C'est pas vrai pour certains cas j'en ai bien conscience, mais au moins ca m'évite d'y penser. Ca a ses limites j'sais bien, mais ca apaise pas mal. Voilou désolée pour le pavé si je peux t'être d'une aide quelconque hésite pas a me demander mon adresse msn. BisouxXx.

Écrit par : maowgirl | 11/01/2007

... Ca va mal à ce que je lis... Et moi qui c'est pas quoi te dire, je ne peux pas te dire que le vie est belle alors que c'est faux, je ne peux pas te dire que c'est con de deprimer parce que ces temps ci je deprime beaucoup trop moi aussi.
J'aime bien l'image quoique j'espère que tu fais pas ces conneries et que tu as pas prevu de te suicider, mais je vois ça me rassure que tu écris que tu n'as à la flemme même de faire ça mais ça me fait peur aussi car devenir un legume à ne faire plus que deprimé c'est trés grave, tu gaches ta vie, aujourd'hui tu t'en fous demain tu regretteras... je sais c'est du vecu pour moi ce que tu ecris...
Bonne chance pour sortir de cette mauvaise passe dans la vie.
Bisous.

Écrit par : un petit ange triste | 11/01/2007

*** merci pour ton message, te lire est toujours un plaisir... J'espère que tu vas bien. Il n'y aura pas beaucoup de mise à jour ce week end car je pars avec des amis au bord de la mer pour feter la fin des partiels ...
Alors je t'embrasse très fort en attendant de te relire ...
Bisous,

Écrit par : Marie | 12/01/2007

Marie, tu espères que je vais bien... Et me lire est toujours un plaisir ??? Ambivalence, ambivalence...

Tristange et maowgirl, merci pour votre soutien.

Anne, aussi, bien sûr. Merci beaucoup, pour tout.

Écrit par : Moi | 12/01/2007

*** Bien sur que je te lis, seulement quand je dis "te lire est toujours un plaisir" cela concerne les commentaires que tu me laisses SUR MON BLOG!!!!!!! pour le "j'espère que tu vas bien", j'ai bien compris qu'avec les post QUE JE LIS sur ton blog, ce n'est pas toujours le cas, mais comme tu as pu le voir j'ai bien employé le mot "j'espère", alors autant pour moi !!!
Désolé pour mon caractère un peu trop ... AMBIVALENT!!!!

Écrit par : Marie | 13/01/2007

Bon Marie, comment dire...
En ce moment, comme tu as donc pu le constater, ça va pas fort et je suis ftranchement susceptible. En plus quand j'ai écris ma réponse, je pensais à une chieuse qui est venue m'emmerder sur ce blog uniquemeny pour que j'aille lui cirer les pompes sur le siens.
Je te demande pas de me lire ou de ne pas me lire, tu fais ce que tu veux. Il y a juste que je n'aime pas qu'on me laisse des commentaires sans me lire uniquement pour que j'aille visiter des blogs, et je suis maintenant très content que ce ne soit pas ton cas. Je suis donc désolé pour mon caractère un peu trop CHIANT :D (et con)

Écrit par : Moi | 13/01/2007

pas grave honnetement je suis aussi susceptible et à la première lecture de ton com' j'ai été un peu vexée. Sache que je lis tes posts, avec toujours beaucoup d'attention. Maintenant je sais qu'il y a des expressions que je ne dirais plus pour pas qu'il y ait de malentendus.
Sur ce je te laisse,
et je te dis "courage" ...

Écrit par : marie | 13/01/2007

j'ai connu ce passage trop fatigué, plus intéréssé par rien,... de la rentrée de septembre jusqu'au fêtes de fin d'année ou jme suis fais chier à en mourrir. Mais là, jsais pas pourquoi, mais ça va mieux.
dit toi que ça va passer. laisse ce passage passer^^

a+

merci de ton long commentaire, c'est pas tout les jours que j'en ai des commes ça !

Écrit par : black eyed | 14/01/2007

je ne sais pas si je fais bien d'oser écrire un petit mot, je ne sais pas mais je le fais quand meme...je me suis arrêtée par harsard, ici, lu, relu... en certaines choses, je m'y suis retrouvée, ces périodes où la tristesse semble etre infinie, où la fatigue semble être avenir. Un jour arrive où on se demande, mais pourquoi. Se lever un matin et se demander après quoi on court, ce que l'on attend du soleil, ce que la lune nous donnera. Peut etre faut il simplement profiter, peut être faut il se ficher la paix, se laisser aller dans ce que l'on aime, s'y plonger, s'en nourir, "s'oublier". Cela peut paraitre totalement futile comme commentaire. Mais j'avais juste envie de dire cela. Je ne te connais pas, mais j'ai été touchée par ce malêtre que tu exprimes, et que beaucoup ressentent de manière plus ou moins intense. J'espère de tout coeur que tu trouveras en toi les mots qui t'appaiseront.
(je suis désolée par avance si ce message semble mal venu... il faut tenter, tant pis si l'on echoue, il y a des rives bienfaitrices après tout, enfin, je l'espère)

Écrit par : sel_in | 24/01/2007

(oups, je ne savais pas que l'adresse mail apparaissait sur ton blog, cela n'est pas le cas normalement... bon, ce n'est pas grave, petite originalité bloguesque.)

Écrit par : sel_in | 24/01/2007

Les commentaires sont fermés.